La crise de financement des partis politiques pour les européennes

Plusieurs partis politiques français luttent pour se financer, et cela peu importe leur résultats prévisionnelles annoncés dans les différents sondages, selon « Le Parisien ».

Le RN, les Républicains et La France insoumise sont face à la même problématique à l’approche des européennes. Les trois partis font campagne sans grand financement. Il leur est impossible d’obtenir des prêts bancaires malgré leurs essais répétés.

Comment faire campagne ? 

Pour les partis ne bénéficiant pas de grosses dotations publiques ou n’ayant pas une trésorerie suffisamment fournie, la situation se complique de jours en jours. Tous ces partis se retrouvent à bricoler et monter une campagne avec trois fois rien, ou à compter sur leurs membres. D’ailleurs, les partis ayant une assise électorale plus certaine sont dans le même cas, la situation n’est pas si aisée.

L’ombre des scandales financiers

Du côté des Républicains,c’est le même constat auprès des les banques. François-Xavier Bellamy, chef de file du parti pour ces élections, qui fait une demande de prêt en son nom, n’a pas encore reçu de réponse positive, et même pas de la part de sa propre banque.

Pareil du côté de La France insoumise, les demandes lancées l’été dernier sont toujours sans réponse. Pour MoDem et LREM, eux n’ont aucun problème de ce côté car ils bénéficient des dotations publiques, tout comme le Parti Socialiste qui a vendu son siège à Paris.

Pourquoi de telles difficultés ?

Les banques seraient tout simplement devenu frileuses quant au financement des campagnes politiques. L’invalidation des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy, en association avec les obligations de contrôle qui ont été renforcées depuis 3 ans, ont fait pencher la balance dans ce déséquilibre.

De plus, en ce qui concerne la promesse d’Emmanuel Macron d’une « banque de la démocratie » pendant sa campagne, destinée à financer les partis, elle est enterrée depuis. Même si l’idée pourrait revenir sur la table dans le grand débat par la volonté du MoDem. Mais ce sera trop tard, du moins pour les européennes…