La livre progresse alors que le négociateur européen du Brexit déclare qu’un accord est envisageable

La livre sterling a fait un bond de plus de 0,8 % par rapport au dollar américain mercredi, après que l’UE ait signalé qu’un accord commercial avec le Royaume-Uni était toujours possible.

« Malgré les difficultés que nous avons rencontrées, un accord est à portée de main si les deux parties sont prêtes à travailler de manière constructive, si les deux parties sont prêtes à faire des compromis et si nous sommes capables de progresser dans les prochains jours sur la base de textes juridiques et si nous sommes prêts dans les prochains jours à résoudre les points de friction, les sujets les plus délicats », a déclaré le négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier, au Parlement européen.

De l’optimisme affiché

Son commentaire a donné aux négociateurs un certain optimisme quant à la conclusion d’un accord commercial entre le Royaume-Uni et l’UE, même si leurs négociations sont bloquées depuis des mois sur les trois mêmes sujets.

Vendredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a émis un ton sombre en avertissant les exportateurs de se préparer à un non accord avec l’UE. Le même jour, un porte-parole du gouvernement est allé plus loin en déclarant que les négociateurs européens n’avaient pas besoin de se rendre à Londres cette semaine si l’UE ne changeait pas son approche des négociations.

Les fonctionnaires britanniques ont été déçus à la fin de la semaine dernière lorsque les dirigeants européens ont demandé au Royaume-Uni « de prendre les mesures nécessaires pour rendre un accord possible ».

Ces tensions ont interrompu les négociations, mais l’UE a maintenant déclaré qu’elle était prête à revenir à la table des négociations dès que le gouvernement britannique déciderait de le faire également.

Rechercher les compromis nécessaires

« Nous chercherons les compromis nécessaires des deux côtés afin de faire tout notre possible pour parvenir à un accord et nous le ferons jusqu’au tout dernier jour où il sera possible de le faire », a déclaré M. Barnier aux législateurs mercredi.

« Nos portes resteront toujours ouvertes jusqu’à la fin, mais nous resterons fermes », a-t-il ajouté.

Le Royaume-Uni a cessé d’être membre de l’UE en janvier, mais il suit les règles de l’UE jusqu’à la fin de l’année afin que les deux parties puissent travailler sur de nouveaux accords commerciaux. Ceux-ci seront différents du régime à tarif zéro actuellement en vigueur. Faute d’élaborer de nouvelles règles commerciales, les exportateurs seront confrontés à des coûts plus élevés et à des obstacles lors de la vente de marchandises entre les deux blocs.

Source : CNBC.com