Les Etats-Unis et l’Europe renouent une relation économique saine

Une alliance transatlantique fracturée par les politiques commerciales unilatérales de Donald Trump semble sur le point d’être réparée, le président élu Joe Biden et l’Europe ayant tous deux signalé l’urgence de rejoindre un front uni contre l’ascension de la Chine dans l’économie mondiale.

S’allier pour contrer la Chine

Déjà à Bruxelles, l’Union européenne fait une proposition globale de coopération avec la nouvelle administration Biden pour contrer l’influence de pays comme la Chine et la Russie.

« Cette combinaison de pouvoir et d’influence est indispensable pour ancrer la coopération mondiale au XXIe siècle », a déclaré la Commission européenne, l’organe exécutif de l’UE à 27, dans un document stratégique publié mercredi. « Notre engagement commun est essentiel dans un monde où les pouvoirs autoritaires cherchent à subvertir les démocraties, où les acteurs agressifs tentent de déstabiliser les régions et les institutions, et où les économies fermées exploitent l’ouverture dont dépendent nos propres sociétés ».

Redistribuer les cartes

L’administration Trump et l’UE se sont opposées sur des questions allant des taxes numériques sur les grandes entreprises technologiques aux subventions aéronautiques et à la direction de l’Organisation mondiale du commerce. En tête de liste des risques économiques potentiels d’un second mandat de Trump figurait une guerre tarifaire entre les États-Unis et l’Europe, que l’actuel président a qualifiée de pire que la Chine en matière de commerce transfrontalier.

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a appelé à un « partenariat transatlantique rénové » sous l’administration Biden. « Nous espérons que tout sera amélioré, sur tous les sujets, sur toutes les questions », a déclaré M. Borrell aux journalistes de la capitale belge lors de la présentation du document stratégique de la Commission.

Dans ses récentes remarques publiques, M. Biden a confirmé l’intérêt pour une nouvelle approche multilatérale visant à corriger les déséquilibres commerciaux avec les alliés traditionnels des États-Unis. Pour l’UE, l’objectif est de ramener les États-Unis dans le système multilatéral que le pays a contribué à forger après la Seconde Guerre mondiale et de tirer parti de l’unité transatlantique pour façonner l’évolution mondiale dans des domaines politiques allant du commerce à la santé.

Dans son interview au Times, M. Biden a déclaré qu’il ne ferait pas immédiatement capoter l’accord commercial Trump conclu avec la Chine en janvier et qu’il le réexaminerait avant de prendre une quelconque décision. L’accord, présenté comme la première étape d’une série, a conduit à un cessez-le-feu sur les droits de douane entre les deux plus grandes économies du monde et à des promesses de Pékin d’acheter davantage d’importations américaines.

« Je ne vais pas prendre de mesures immédiates, et il en va de même pour les droits de douane », a déclaré M. Biden, selon le rapport.