L’Union européenne a frappé les États-Unis avec 4 milliards de dollars de droits de douane

Le mois dernier, l’Organisation mondiale du commerce a décidé que l’Union européenne pouvait imposer les droits de douane aux États-Unis pour les subventions qu’elle a accordées au constructeur d’avions Boeing, basé à Chicago.

Une décision en réponse à une imposition réciproque précédente

Cette décision est largement réciproque. En octobre 2019, l’OMC a autorisé les États-Unis à imposer des droits de douane de 7,5 milliards de dollars sur les biens et fournitures de l’UE en conséquence de l’aide financière accordée par l’Union à Airbus, le principal rival de Boeing, basé aux Pays-Bas.

« Nous avons clairement indiqué à chaque étape que nous voulons régler cette question de longue date », a déclaré le vice-président exécutif de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, lors d’une conférence de presse. « Malheureusement, en raison de l’absence de progrès avec les États-Unis, nous n’avons pas eu d’autre choix que d’imposer ces contre-mesures », a-t-il déclaré.

Malgré le projet de l’UE d’aller de l’avant avec ces tarifs, elle espère un nouveau départ lorsque le président élu Joe Biden prendra ses fonctions en janvier, a rapporté CNN.

Des menaces de Trump

Le mois dernier, à la suite de la décision de l’OMC, le président Donald Trump a déclaré que les États-Unis prendraient des mesures de rétorsion si l’UE allait de l’avant avec ces droits de douane.

« S’ils ripostent, alors nous frapperons beaucoup plus fort qu’eux. Ils ne veulent rien faire, je peux vous le dire », a déclaré M. Trump aux journalistes avant de monter à bord de l’hélicoptère Marine One, en prévision d’autres rassemblements de campagne.

Alors que les tensions commerciales entre les Etats-Unis et d’autres pays se sont intensifiées sous Trump, on s’attend à ce que l’administration Biden essaie de calmer les eaux après le départ de Trump, a déclaré Holger Schmieding, économiste en chef de Berenberg, à CNN.

« Nous ne serions pas surpris si les États-Unis et l’Union européenne désamorçaient ou même réglaient le différend Airbus-Boeing peu après l’entrée en fonction du gouvernement Biden le 20 janvier 2021 », a déclaré M. Schmieding.