Michel Barnier forme sa propre faction politique en vue de 2022

Michel Barnier, ancien négociateur en chef de l’Union européenne pour Brexit, a lancé des rumeurs sur une candidature à la présidence de la France pour les élections de 2022 après avoir annoncé mardi la formation de la faction « Patriote et Européen » au sein du parti de droite Les Républicains (LR).

Les électeurs de droite très convoités

S’il se présente, le septuagénaire risque de se retrouver dans un champ très fréquenté à droite. Le président français Emmanuel Macron – confronté à un défi de son adversaire de 2017, l’extrême droite Marine Le Pen – a passé les derniers mois à polir soigneusement ses références conservatrices.

Mardi, l’Assemblée nationale française a adopté une loi de grande envergure contre le « séparatisme islamiste », que la gauche qualifie d’islamophobe. Cette loi de 51 articles obligerait les mosquées à déclarer les aides étrangères importantes, restreindrait sévèrement l’enseignement à domicile et prévoirait des sanctions financières pour les pressions exercées sur les fonctionnaires afin qu’ils s’écartent des valeurs laïques françaises.

Le projet de loi est maintenant soumis au Sénat français où d’autres amendements pourraient être ajoutés, car le parti En Marche de Macron ne détient pas la majorité.

Quelle figure pour Les Républicains ?

Un électorat gelé. Malgré les manœuvres de Macron, ses taux d’approbation, ainsi que ceux de Le Pen, sont essentiellement gelés depuis des mois. Dans un sondage réalisé par Ipsos fin janvier, les deux candidats ont reçu environ 25 % de soutien, aucun des autres candidats potentiels n’ayant dépassé 20 %. Fait crucial, lorsqu’on leur a demandé qui ils soutiendraient dans un concours individuel, 56 % des personnes interrogées ont déclaré qu’ils soutiendraient M.Macron.

Si M.Barnier devait entrer dans la course, il devrait faire mieux que son futur prédécesseur François Fillon, qui a obtenu 20 % des voix au premier tour de l’élection présidentielle de 2017, bien que sous le couvert d’un scandale de corruption.

Michel Barnier pourrait aussi être confronté à un problème de marketing. Une position pro-européenne ne plaira pas à tout le monde : Un sondage du Pew Research Center de 2019 a révélé que le soutien français à l’Union européenne était proche de la division, avec 47 % d’avis défavorables et 51 % d’avis favorables.

S’exprimant sur Radio France Internationale, Julien Aubert, député LR à l’Assemblée nationale connu pour ses ambitions politiques, a résumé le défi auquel M.Barnier est confronté. Pour lui, il s’agissait de savoir s’il pouvait offrir quelque chose de différent. M. Barnier correspondait-il à ce projet ? « Pour moi, non », dit Julien Aubert.