Selon les règles de l’OMC, l’UE peut appliquer des droits de douane sur les produits américains alors que la guerre commerciale s’intensifie

La dernière décision en date pourrait attiser les tensions commerciales dues au différend de longue date entre Boeing et Airbus sur les subventions

L’UE a reçu l’autorisation de prélever des droits de douane sur des produits américains d’une valeur de 4 milliards de dollars en représailles aux subventions accordées à Boeing, dans la dernière salve d’une âpre bataille qui dure depuis 16 ans entre le constructeur d’avions américain et son rival européen, Airbus.

Des tensions commerciales accrues en prévision

La décision de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), retardée par la pandémie de coronavirus, pourrait accroître les tensions commerciales peu avant l’élection présidentielle américaine du 3 novembre, mais elle pourrait également ouvrir la voie à des négociations tarifaires entre l’UE et les États-Unis, qui ont déjà imposé des prélèvements sur les produits européens dans le cadre d’une action parallèle contre Airbus.

Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne chargé du commerce, a déclaré : « Nous préférons nettement un règlement négocié. Dans le cas contraire, nous serons contraints de défendre nos intérêts et de réagir de manière proportionnée ».

L’OMC avait statué en avril 2019 que les subventions américaines à Boeing étaient illégales, mais n’avait pas dit quelle était l’ampleur des gains. Toutefois, entre 2006 et 2040, Boeing devrait bénéficier de 6 milliards de dollars d’allégements fiscaux, a déclaré l’OMC.

Des géants embourbés dans ce conflit commercial

Airbus et Boeing sont bloqués dans le conflit commercial « tit for tat » depuis 2004, lorsque le champion américain de l’aérospatiale a accusé son rival européen de recevoir des aides au lancement illégales de plusieurs gouvernements pour le développement de l’avion à deux couloirs A350 et de son cousin plus grand, le super jumbo A380.

Boeing, quant à elle, a bénéficié d’allégements fiscaux de la part de l’État de Washington. L’OMC a statué que les subventions accordées à Airbus et à Boeing étaient illégales, mais le long différend a fait perdre à plusieurs dirigeants des deux sociétés leur confiance, et l’un des avions en question, l’A380, a depuis cessé de produire.

En octobre 2019, les États-Unis ont imposé des droits de douane d’une valeur de 7,5 milliards de dollars sur des produits européens, dont le scotch whisky et les vins et fromages français, en représailles aux subventions européennes accordées à Airbus. Ce mois-ci, la Scotch Whisky Association a déclaré que les droits de douane de 25 % sur ses exportations avaient contribué à une baisse de 32 % des exportations vers les États-Unis au cours de l’année, ce qui a coûté 360 millions de livres sterling à l’industrie.