Un second référendum en bonne voie

Le soutien au maintien dans l’Union européenne a atteint son plus haut niveau depuis le référendum de 2016, à la suite de la défaite écrasante de Theresa May et son accord.

Un nouveau sondage YouGov révèle que 56% des électeurs préféreraient rester dans l’UE si on leur donnait l’occasion de s’exprimer avec un nouveau référendum. Seulement 44% ont dit qu’ils voteraient pour le congé. L’avance de 12 points reste est une forte augmentation par rapport aux huit points de la fin de l’année dernière, et sera considérée comme une preuve que les électeurs perdent confiance dans le Brexit.

Il est trois fois plus important que la marge de quatre points que Leave a obtenue lors du référendum de 2016 pour amener la Grande-Bretagne à quitter l’UE. Le deuxième référendum a également reçu un soutien croissant. Quelque 47 % de la population est en faveur d’un nouveau vote, soit 56 % pour et 44 % contre, après exclusion des « ne sait pas « .

Le sondage surprise a été réalisé après le vote record de mardi soir de la Chambre des Lords contre le plan de retrait de Mme May, qui a été écrasé par 432 voix contre 202. 

Hier soir, le premier ministre a réussi à unir les conservateurs et ses alliés du Parti unioniste démocratique pour résister à une motion de censure du Parti travailliste par 325 voix contre 306. La députée travailliste Chuka Umunna, l’un des principaux partisans de la campagne pour le vote populaire, a exhorté le chef du parti, Jeremy Corbyn, à lire les résultats et à soutenir un référendum.

« Ce sondage instantané montre plus que jamais pourquoi le gouvernement doit changer de cap et rendre le pouvoir sur cette décision au peuple « , a-t-il dit.

« Le sondage souligne également pourquoi la direction de mon parti doit écouter les partisans travaillistes, dont plus des trois quarts exigent un vote populaire. Ignorer ces appels maintenant serait une erreur historique pour laquelle les travaillistes ne seraient pas pardonnés. »

Le secrétaire écossais David Mundell a effectivement exclu la tenue d’un deuxième référendum aujourd’hui, bien que le Premier ministre ait proposé des pourparlers avec d’autres partis en vue de parvenir à un consensus.

« Elle ne s’engage pas dans une voie pour arrêter le Brexit « , a-t-il dit, affirmant que les pourparlers ne visaient qu’à produire une voie « Le Brexit en bon ordre « .

Mais Ian Blackford, chef du parti national écossais à Westminster, et Vince Cable, chef du parti libéral démocrate, ont tous deux utilisé les pourparlers pour faire pression en faveur d’un référendum.

Les partisans conservateurs d’un second référendum européen ce matin ont lancé une campagne « Droit de vote » dans le but de pousser Mme May à organiser une répétition du plébiscite de 2016.

L’ancien ministre Phillip Lee, qui a démissionné l’année dernière pour faire campagne contre le Brexit, a affirmé que le soutien des conservateurs pour un nouveau sondage était « sous-estimé » et « en pleine croissance ». « Plus de 170 personnalités, dont l’architecte Lord Foster et le prix Nobel Sir Paul Nurse, ont demandé à Mme May et à M. Corbyn de soutenir un second référendum.